Vie familiale

Les événements qui surviennent dans le cadre de la vie familiale peuvent avoir une influence sur le bien-être psychique. Qu’ils soient perçus comme positifs ou vécus difficilement, la naissance d’un enfant, une rupture, une maladie grave ou le décès d’un proche sont des changements importants susceptibles de déstabiliser l’équilibre existant.

Dans ce chapitre nous traitons de certains événements de la vie familiale susceptibles d’avoir une influence sur la santé psychique. N’hésitez pas à consulter les autres thèmes traités autour de la santé psychique tout au long de la vie

La naissance d’un enfant

La société perçoit la grossesse et la naissance d’un enfant comme des événements heureux. Ils peuvent aussi représenter une période critique en raison des bouleversements (comme par exemple des nuits perturbées, l’adaptation à une vie à plusieurs, des changements physiques) qu’ils engendrent. Il est souvent difficile pour une mère, un père ou le couple de parents de reconnaître et oser parler de ses problèmes par peur d’être jugé.

Le post-partum est la période immédiatement après la naissance où les difficultés maternelles peuvent apparaître. La plupart des femmes ressentent un «baby blues» après la naissance de leur enfant et cela est tout à fait normal. Il est caractérisé par des pleurs, un sentiment d’incompétence et de l’inquiétude. Les symptômes apparaissent quelques jours après la naissance et disparaissent généralement au bout de deux semaines, sans traitement particulier.

Si les symptômes persistent, il peut s’agir d’une « dépression post-partum ». Elle est soignée grâce à un accompagnement professionnel. Si cela s’avère nécessaire, une hospitalisation de la mère et de son enfant est envisagée. Une aide à domicile peut être proposée aux parents, pour leur apporter un soutien concret dans les tâches quotidiennes. 

Dans tous les cas, il est important de parler de ses difficultés et accepter une aide ponctuelle pour avancer plus sereinement. Les sages-femmes, les centres de puériculture et/ou votre médecin sont des personnes qui pourront vous écouter et vous orienter.

La rupture affective

Se séparer d’une personne à laquelle on est émotionnellement attaché est un moment difficile dans l’existence. Si une rupture affective se vit principalement au sein d’un couple, elle est aussi ressentie par les enfants dont les parents se séparent ou divorcent. D’autres types de ruptures affectives peuvent exister, dans une famille ou avec des amis, par exemple.

Une séparation provoque du stress et des perturbations émotionnelles importantes. C’est une phase de transition dans la vie qui demande une adaptation. 

Non seulement, elle implique une interruption du lien envers une personne. Mais, la nouvelle situation exige aussi une réorganisation du mode de vie: au niveau légal, émotionnel, financier, social et parfois parental. 

Dans ces moments difficiles, il est important de pouvoir chercher du soutien selon ses besoins. Amis et proches sont souvent les premiers confidents. Des professionnels, tels que conseillers conjugaux, médiateurs, psychologues et psychothérapeutes ou médecins peuvent également vous accompagner. 

La maladie d’un proche

La maladie physique ou psychique de son conjoint, de son père, de sa mère, de son enfant ou de quelqu’un à qui on est très attaché signifie souvent un très grand engagement personnel pour les proches. Cet investissement peut conduire celui qui soutient la personne en souffrance vers l’épuisement, voire la dépression. 

Ces réactions normales face à des périodes de vie difficiles sont encore mal connues. De telles situations peuvent survenir à n’importe quel âge de la vie. Oser parler de son propre désarroi quand on accompagne son proche malade n’est pas un signe de faiblesse, bien au contraire! N’hésitez pas à en parler à un-e ami-e, à votre médecin de famille ou à prendre contact avec un groupe d’entraide. 

Le décès d’un proche

La disparition d’un proche est une perte qui provoque une perturbation psychique importante. La séparation due à la mort est vécue comme une rupture émotionnelle majeure. 

Le décès exige une réorganisation de la vie de ceux qui restent, notamment quand le foyer est commun. 

Pour surmonter sa tristesse et le désarroi d’avoir perdu un proche, il est important de ne pas rester seul et de pouvoir exprimer ses émotions et sa souffrance. Demander du soutien auprès d’un professionnel peut soulager. 

Top